AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

//
Partagez | 
 

 Chuck ♥ ils m'ont dit que je pouvais devenir n'importe quoi, alors je suis devenue n'importe quoi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
my pretty face, babe.
Bouteilles à la mer ! : 61
Mon âge : 24



MessageSujet: Chuck ♥ ils m'ont dit que je pouvais devenir n'importe quoi, alors je suis devenue n'importe quoi.   Mer 11 Juil - 11:16


Lucie aka Chuck



piano, you're drunk !


    Mon nom à moi c'est : Lucie Chuck Millescamps J'ai 19 ans et toutes mes dents et je suis né(e) le 04 janvier à Paris du coup je suis de nationalité françaiseça claque hein ? je sais que mon magnifique body t’ensorcelle, laisses moi t'annoncer que je suis célibaire alors ? surpris ? j'appartiens à la génialissime fraternités des oeillets et plus tard j'aimerais ingénieur du son mon avatar c'est chloé moretz



passes ta souris sur les icons



« qualités »
dynamique
enjouée
folle
drôle
persévérante
habile



« défauts »
bordélique
fumeuse
maladroite
trop franche
impulsive
lunatique



Lucy.



derrière l'écran ...


    Mon nom à moi c'est : Lucy J'ai 17 ans et toutes mes dents. Je j'ai découvert le forum grâce (à cause) de Kaylee et je me suis inscrit(e) parce que je suis administratrice haha vous me verrez connecter environs 6 / 7 jours bisous ♥



Dernière édition par L. Chuck Millescamps le Jeu 12 Juil - 14:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
my pretty face, babe.
Bouteilles à la mer ! : 61
Mon âge : 24



MessageSujet: Re: Chuck ♥ ils m'ont dit que je pouvais devenir n'importe quoi, alors je suis devenue n'importe quoi.   Mer 11 Juil - 13:42

mon histoire

Je suis née le 04 janvier 1993 à Londres. C'était un jour de neige, il parait, vous savez le genre de temps à rester sagement chez sois, emmitouflé dans une bonne couverture bien chaude en regardant par la fenêtre. Un peu comme dans un film sentimental, la scène ou le héros fixe un point imaginaire de l'autre côté de la fenêtre d'un air désespéré , surement parce qu'il attend que la neige fonde pour aller retrouver sa copine, sauver le monde ou quelque chose dans le genre. Bien c'est ce jour que j'ai choisi pour naître. Il avait beaucoup neigé les jours passés, trop même puisque toute la ville était complètement gelée, tout tournait au ralenti, les rues étaient désertes, ensevelies. C'est pour cette raison que le docteur a mis du temps à arriver, c'est mon père qui m'a fait naître d'ailleurs parfois il me répète «C'était un jour magnifique» . Moi je trouve qu'il n'y a rien de plus ragoutant qu'une petite chose toute rose et toute fripée couverte de sang qui hurle, m'enfin... Depuis mon plus jeune age tout le monde m'appelle Chuck, mes professeurs y comprit. S'en suis une enfance tout ce qu'il y a de plus normale, mis à part que plus le temps passait et plus je devenais une vraie petite boule de nerf. L'espèce de teigne de service, machiavélique et sarcastique ! Il ne se passait pas une journée sans que je revienne à la maison plus ou moins amoché. Je me battais d'ailleurs presque tout le temps avec le même gamin, qui ne me portait bien évidement dans son coeur, Billy. C'était une espèce de petite brute, aussi grande que large, environ 1m sur 1m, avec un cheveu sur la langue et des lunettes façon Harry potter. «Alors, Chuck, SS'est ça ? SS'est quoi sse prénom SSerieux ». Le gamin et toute sa petite bande s'esclaffaient de rire aigus . Quand le leader s'arrêta, ils s'arrêtèrent tous. Belle mise en scène quelle coordination, ils avaient répétés longtemps pour arriver à ce résultat saisissant ? J'esquissais un sourire moqueur, avait-il fait exprès d'utiliser autant de "s" dans cette phrase afin de se ridiculiser encore plus ? J'enfonçais les mains dans mes poches et répliquais d'un air narquois « Tu peux parler avec tes hublots sur la gueule et ton poil sur la gencive ». Estomaqué, le gamin eut un hoquet de surprise, avant de ne froncer sévèrement les sourcils et de virer au rose, puis au rouge, puis au violet, l'air haineux et franchement énervé. Il beuglait en agitant les bras « A...a...ATTRAPEZ LA !» Bon il serait peut-être temps de ... COURIIIIIIIIR

_

Les deux mains devant la bouche et les larmes aux yeux, je me retenais de rire. Cachée dans l'armoire du garage qui servait à ranger les vielles affaires de mon frère, Alex, qui me cherchait depuis une bonne demie heure et que j'étais fermement décidée à le faire tourner en bourrique. Mes genoux commençaient à être douloureux, en effet ma cachette était légèrement trop petite et j'avais dû me contorsionner pour y rentrer, ce n'était pas vraiment une armoire d'ailleurs, mais plutôt un assemblement de planches de bois bancal sur lequel quelques clous avaient été fixés pour lui donner un minimum de stabilité, le tout réalisé par mon flasque de frère qui était très fier de sa construction remarquablement laide et mal faite et dont personne n'osait soumettre l'idée de tout foutre à la poubelle de peur de le vexer . Enfin soit, je savais très bien que jamais Alex ne me trouverais ici, je l'avais entendu passer trois fois déjà, en vain et à chaque fois, j'avais dû me mordre l'intérieur des joues pour ne pas pouffer de rire. Oh, des pas, le voilà qui revient, voilà qui est étrange, je ne le croyais pas aussi tenace le mollusque. Grand silence, je cligne des yeux avec un air étonné, il fou quoi ?! «J'T'AI TROUVÉ SORCIERE !» Merde il avait ouvert l'armoire à la volée et toutes les planches m'étaient retombées dessus dans un nuage de poussière, je poussais un cri strident . « Chuck !? PUTAIN LUCIE ?!» Wow, il m'avait appelé par mon prénom ... Mon frère cria et souleva les lourdes planches qui me bloquaient le ventre et une bonne partie de la jambe, il passa une main sur mon visage tandis que je gardais les yeux fermés, bloquant ma respiration, imaginant sa tête de paniqué. Dans un éclat de rire je me mis rapidement debout et épousseta la poussière de ma robe. Interloqué, il me regarda avec des yeux ronds comme des billes, la bouche ouverte en clair, un air parfaitement bovin. « T'es moche.» «C'est toi la laide». On éclatait de rire et se prit dans les bras, bien que je sentais que le rire de Alex était plus nerveux qu'amusé,une fois notre étreinte terminée il me donna un petit coup sec derrière le crâne avec un sourire en coin, je crois que toutes mes conneries le désesperait, ouais, il fallait avoir les nerfs solides pour me supporter. «Bon, c'est pas tout, mais tu voulais quoi ?» Avec toute ma mise en scène, il avait carrément zapé. [color=black]«Ah, euh, ouais, y a un pote qui se ramène à la maison, un mec du lycée.»


-

«ALEX ON TOQUE !» J'entendais mon frère dévaler les escaliers trop raides à une vitesse folle pour aller ouvrir, à mi-chemin, il se prit le pied dans une chaussure qui traînait, fut déséquilibré, fit une sorte de roulade et se rattrapa miraculeusement à la rampe d'escalier de manière ridicule avant de me regarder, tout penaud et encore sous le choc. J'attrapais une feuille, un feutre et écrivis quelque chose. «9/10, malgré un manque de grâce et de souplesse, je trouve que la figure était parfaitement exécutée ! va ouvrir tête de noeud.» Il me lance son regard de tueur des grands jours, celui qui généralement veut dire "tu vois ta tête ? tu vois le mur ? tu veux que je les présente ? ", se dirige vers la porte et va ouvrir. De mon côté je fais volte face et sautille joyeusement vers ma chambre, ce n'est pas que les copains de mon frère m'effrayaient ou quoi, à vrai dire, je le trouve complètement stupides et immatures. Enfin alors que j'arrive presque devant ma porte, la main sur la poignée, mon débile de frère me crie de venir saluer son pote. Bah tiens, il veut pas cent balles et un mars aussi ? Rien à faire j'entre, ferme la porte en faisant un maximum de bruit et prend ma basse sur mon lit. Ils montent, je me précipite vers la serrure pour y tourner la clé, dans mon élan je me retiens à la porte, moment qu'a choisis l'autre mollusque pour l'ouvrir ce qui fait que, petit un, je vais devoir saluer le mec, petit deux, je me casse la tronche par terre et petit trois je me tape la honte. merde. «Salut moi c'est Max» Je tente de faire bonne figure, genre tout vas bien, c'était fait exprès et tout, le mec à un sourire en coin et mon frère lui est carrément rouge écarlate tellement qu'il a envi de rire. Mäx balaye ma chambre des yeux, tranquille. Ses yeux se poses sur ma basse puis sur mon piano. «Tu joues ?» «Non non, je les garde pour la déco tu sais» il rigole, Alex plus du tout « C'est dommage, je suis batteur, on aurait pu faire un groupe tout les trois vu que Alex chante et joue de la gratte».« Hum, tu me plais toi, on commence quand ?». C'est ainsi qu'est né le groupe Armor Of Hope même temps qu'une grande amitié.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chuck ♥ ils m'ont dit que je pouvais devenir n'importe quoi, alors je suis devenue n'importe quoi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chuck Cigale, Yoka haha.
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» Quand Swarley passe, Chuck Norris trépasse !
» Chuck
» Vos VDM et Chuck norris facts favoris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bottle at the sea :: passport :: 
Présente toi
 :: Have fun
-